Critique: Ann Hampton Callaway à The Pizza Express

Le Pizza express de Kings Road à Londres est le lieu de résidence de la légendaire Phaisantrie, avec live at Zedel, le haut lieu du cabaret style New York dans la capitale britannique.

Après son premier passage acclamé à El Piano à Sitges le week-end dernier c’est là que s’est arrêtée la grande Ann  Hampton Callaway pour deux concerts exceptionnels, accompagné par elle-même au piano, intitulé Standards and Ann-Ards. Avec une première partie rendant hommage aux géants de l' »American song book » que sont, entre autres, Harold Arlen (« Come Rain or Come Shine « , « Over The Rainbow ») et Irving Berlin (« How Deep is the Ocean? » « Let’s Face the Music and Dance »,  » Blue Skies ») et un second acte nous faisant découvrir ses compositions
pour des artistes comme Carol King et Barbra Streisand.

Ann nous donne avec gentillesse et  gentillesse et générosité, sans parler de son grand sens de l’humour, la mesure de son immense talent dans un concert de plus de deux heures et demie ! 
Il tarde au public Parisien, plus familier avec son également talentueuse sœur Liz Callaway, grâce à ces nombreux concerts notamment au Chatelet avec l’orchestre Pas de loup, de découvrir la voix chaude et plus grave d’Ann Hampton, dont les chorus de Cats n’ont rien à envier à la grande Ella Fitzgerald, à laquelle elle a hier rendu hommage avec un brillant « Mr Paganini ». Le Duc des Lombards, Le Baiser Salé et Le Sunside devrait se disputer pour offrir au public français un tel talent dont l’impact peut facilement transcender les seuls amateurs de jazz, puisque sa voix reflet de la beauté de son âme et apporte comme un massage apaisant au cerveau humain, si stressé par les temps qui courent.

Son amusante composition « Moody in Paris », suivie de son refrain de Padam témoignent de l’amour que Miss Callaway porte pour cette ville, qu’il serait temps qu’elle lui rende ! 
Le medley Streisand de « People » et « Being Alive » était un avant goût de ses deux prochains concerts au Pizza Express Live de Dean Street les 7 et 8 août , qui seront consacré aux relations entre Broadway et le répertoire jazz, bien sûr toujours avec les arrangements originaux et improvisations inspirées dont Ann Hampton callaway à le secret.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s